Une question ? 
Tel : 01 41 94 12 50
 Envoyer un message à l’OMC

À ciel ouvert :

dans l'univers des photographes maisonnais

du 23 octobre au 21 novembre 2021

Notre exposition « À ciel ouvert » s’est terminée, quelques photos souvenirs de ce bel événement urbain.
Un grand merci aux photographes et aux passants qui ont pris le temps d’une pose pour en profiter !

L’exposition « À ciel ouvert » proposée par la Ville de Maisons-Alfort et l’Office Municipal de la Culture vous invite à une promenade artistique à travers la ville pour découvrir les œuvres de 15 photographes professionnels maisonnais.

Chaque artiste a ainsi sélectionné 5 photographies pour vous faire partager son univers.

À chacun son sujet, son œil, sa sensibilité dans le choix des couleurs, du cadrage et des éléments de la photographie… et autant de regards sur le monde tantôt animal, végétal, savoureux, insolite, lointain ou tout proche.

Laissez-vous surprendre par les photographes mis à l’honneur : Marina ANCA, Lucille BORDERIOUX, Richard CAMPLAN, Marie CARBONNIER, Mélanie CHALLE, Alban COUTURIER, David DINH, Priscilla DORÉ, Juliette DUCROT, Herlan, Gaïa LAMY, Nancy LANDREAT, Christophe MAITRE, Arthur PALOS et Paul VILCOT .

« À ciel ouvert » se découvre en extérieur : au Centre Socioculturel Liberté, à la Maison Pour Tous d’Alfort, au square René Coty, à l’Espace Loisirs de Charentonneau, à l’École Parmentier, à l’École Condorcet et sur le Chemin des écoliers.

Marina ANCA

Marina ANCA est une écrivaine et photographe française. Elle capte des instants de vie à main levée, sans attendre le moment parfait et c’est ce qui est magique dans ses clichés.

À travers ses images, nous revivons ce moment-là avec elle et profitons de son œil attentif où qu’elle soit dans le monde.

Ses contes jeunesse avec O’Loty l’écureuil sont d’ailleurs illustrés avec ses photographies d’animaux dans la nature.

Où retrouver les photos de Marina ANCA

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet

Chemin des écoliers

Centre Socioculturel Liberté

Lucille BORDERIOUX

Globetrotteuse depuis plus de dix ans, la photographie est une évidence qui s’est imposée à moi naturellement et est devenue au fil du temps le prolongement de mes voyages.

Photographiant de manière très instinctive, mon souhait est de conter cette histoire qui se déroule devant moi. À mes yeux chaque photo est une histoire, un moment suspendu. L’expression des émotions fugitives où l’humain et sa rencontre sont une quête essentielle. Par sa présence, il fait écho de sa vie, en devient le narrateur et l’inspiration même. Une invitation à se projeter et se transporter en une fraction de seconde dans l’évidence de la situation. Créer l’envie d’en voir et d’en vivre encore plus. Laissant ainsi une grande place dans l’interprétation personnelle, comme pour continuer à l’infini à renouveler et réinventer l’histoire à chaque regard qui se posera dessus.

Où retrouver les photos de Lucille BORDERIOUX

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet

Chemin des écoliers

Centre Socioculturel Liberté

Richard CAMPLAN

Maisonnais depuis toujours, je suis un photographe autodidacte, passionné de photographie depuis l’âge de 14 ans. Tout a commencé grâce à un ami de classe qui, était passionné par le théâtre et la comédie, mais qui souhaitait appréhender la photographie. Nous nous sommes donc mis au Noir et Blanc.

Ma première expérience de tirages argentiques noir et blanc, dans des bains et sous lumière inactinique (cette lumière rouge qui n’a pas ou peu d’effet photochimique) a démarré, non dans une salle de bain comme souvent, mais dans une chambre que nous avions bien pris soin de rendre « imperméable » à la lumière du jour. C’était notre CHAMBRE NOIRE.

Dès lors, ma passion pour la photographie ne m’a jamais quitté. Néanmoins, les termes de révélateur, bain d’arrêt et fixateur semblent bien abstraits aujourd’hui. Place maintenant à l’ordinateur et aux cartes mémoires, adieu la pellicule. Au revoir, également, le plaisir d’attendre quelques heures ou quelques jours avant de connaître le résultat des choix effectués lors des prises de vue.

Aujourd’hui, tout va plus vite, beaucoup plus vite, mais le résultat est-il meilleur pour autant ?
Mon goût pour les voyages me procure de nombreuses occasions de découvrir des populations, des modes de vie et des paysages extraordinaires que je tente de capturer avec mes objectifs. Ceci dit, très souvent, Paris reste un terrain privilégié…

Où retrouver les photos de Richard CAMPLAN

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Marie CARBONNIER

crédit photo ©YlanPhotography

Amoureuse du Japon et passionnée de photographie de voyage, je suis l’auteur du Guide du geek-trotteur au Japon (éditions Glénat) et travaille régulièrement pour les magazines Coyote et Japan magazine.

Ce que j’aime le plus avec la photographie de voyage est la façon dont une photo vient à vous. On ne calcule rien, on se promène et, soudain, une scène vous interpelle. Cela peut être un jeu de lumière, des couleurs ou une situation, mais tout se met en place, comme si on était devant un tableau. Il n’y a alors plus qu’à presser le bouton pour capturer l’instant magique.

Maman depuis 2018, je suis également spécialisée dans la photographie documentaire de famille à domicile et le reportage de mariage. Là encore, préférant capturer des instants sur le vif, des rires et sourires spontanés plutôt que de faire poser, j’accorde une grande importance à la lumière et la façon dont elle souligne ce que nous avons de plus précieux.

Où retrouver les photos de Marie CARBONNIER

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Mélanie CHALLE

crédit photo ©Nadine_Jestin

Photographe et vidéaste, Mélanie Challe partage son temps entre travail de commande et travail d’auteur.

Son approche photographique d’auteur se concentre sur la corporéité et le vivant. À travers ses sujets en apparence éclectiques, le corps est photographié comme point de départ de notre rapport au monde. La photographie offre un terrain d’expérimentation autour de la rencontre de soi, de l’autre et de son environnement. Ses séries sont comme des rendez-vous au long cours, avec un protocole tourné vers la répétition et la réversibilité d’un geste : chaque vue en appelle une autre, comme dans la danse et la calligraphie où la fin du mouvement relance une nouvelle figure.

Elle a également initié des projets documentaires et répond régulièrement et mène des actions pédagogiques en milieu scolaire. Elle est membre du studio Hans Lucas depuis 2017.

Où retrouver les photos de Mélanie CHALLE

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Alban COUTURIER

Couturier, Alban Couturier, un drôle de nom pour un photographe qui depuis son plus jeune âge s’est juré de ne pas faire mentir son patronyme. Qu’importe si aujourd’hui l’homme n’habille pas les it-girls de l’agence Ford ou Elite, celui-ci réserve son regard (ou plutôt sa lumière) pour d’autres créatures à l’humeur tout aussi fantasque et capricieuses. Belles du Gilvinec, blondes d’Aquitaine ou de La-Roche-sur-Yon.

Et oui, Alban Couturier est photographe culinaire. Aux cassandres qui murmurent qu’il est plus facile de shooter un mille-feuille que la moue boudeuse de Clara Delevigne, je répondrais que le mille-feuille, lui, tu peux pas lui dire qu’il a des cernes car il a trop fait la fête hier soir, tout au plus il sent l’alcool mais ça, dans son cas c’est normal… Tu comprends coco pourquoi la photo t’as pas intéret à la louper! Alors comme dans les ateliers de l’avenue Montaigne, Alban lui aussi raccourci, crante, torsade, juponne, ceintre, fronce, plisse jusqu’à pas d’heure le tirage pour lui donner la bonne longueur, la belle attitude, cette fausse désinvolture qui rend dingue toutes les rédac’ chefs s’empressant de publier les clichés à la une des magazines.

Lire la suite

Son aiguillette de Saint-Pierre ne donne pas d’interview, pas de scoop sur sa vie privée. A-t-elle un 06 ? Un compte Twitter ? Un agent ? Une tournée en perspective ?

Ses clichés prouvent qu’on peut sur-liker une raviole de cèpe avec autant d’hystérie que la dernière jupe zippée du défilé Heidi Slimane au caroussel du Louvre. Faut dire que dans son dressing y’a rien que du très lourd : un homard toutes pinces dehors qui dégage une arrogance de rock star, la chair nacrée du filet de sole qui met au garde à vous tout l’équipage de la Jeanne d’Arc sans parler du fraisier ultra couture pour lequel on serait prêt à renoncer à une place backstage d’un concert des Stones en échange d’une part. Oui, les photos d’Alban ne sont pas sans conséquence sur notre agenda mondain.
Artiste, Alban l’est assurément, son écrasé de framboises et menthe c’est du Jackson Pollock.

Mais pour en arriver là, le gaillard a du bivouaquer de longues années à flan de falaise, s’agripper à la roche, à la paroi, conjurer des tempêtes aussi fortes qu’un matin d’équinoxe à Ouessant.
Insoumis, et sans carnet d’adresse, Alban n’hésite pas à jouer les Surcouf, et à partir « sabre au clair » à l’abordage d’un destin qui ne veut pas de lui mais qu’il compte bien « éperonner » de son talent et faire prisonnier un à un tout ses rêves. Mais une question le hante… Comment passer de mousse à amiral quand on est rétif à toute forme d’autorité, de marchandage, ou de conformisme ?
Paradoxe d’un jeune homme toutes voiles dehors prêt à battre les vents de l’aventure mais qui, sans boussole, ne sait quelle route maritime emprunter.
Alban n’a pas de maître, n’est d’aucune école, et pour cause lui ou elle se sont quittés trop tôt sans se regretter outre mesure. Simple roturier d’une dynastie culinaire dont il se rêve roi, il devra, faute d’en avoir eu les sacrements à l’école hôtelière, en chaparder rageusement les us et coutumes au hasard des rencontres. Autodidacte dans l’âme, ce cancre bourré de génie et d’audace va méthodiquement s’essayer à différents métiers. Autant d’erreurs qui, misent bout à bout, finissent par devenir une école de l’existence au diplôme controversé, mais plus forte que toutes celles qui arrivent trop tôt pour pleinement être comprise par un môme de 20 ans.
Oui, Le monde de la gastronomie le fascine depuis toujours mais malheureusement l’attirance n’est pas pour l’instant réciproque. Comme un jeune premier au cinéma qui, faute de pouvoir capter la lumière, devient accessoiriste pour ne pas être trop loin du metteur en scène , Alban lui aussi expérimente tangentes et parallèles, circulant non loin de sa discipline fétiche.
Si il existe mille façons d’exécuter une recette, il doit bien y avoir autant de manière de réussir dans un métier ou le droit d’être dans la lumière se paie au prix fort.
Passionné par la photographie, Alban Couturier l’est assurément mais la discipline est vaste comme un océan. Qu’importe, il en explorera toutes les latitudes, tous les horizons. Tour à tour photographe généraliste, puis dans le reportage industriel, enfin travaillant pour des sites de vente à domicile, l’homme se frotte à toutes les disciplines, à toutes les contraintes. Dans ses pérégrinations, Il balade inlassablement boitier et pellicules. Témoin d’objets improbables, il pose de manière avide son objectif sur tout ce qui est photographiable. Maquette de la fusée Ariane pour le CNES, objets de grande consommation pour venteprivée.com, photographie d’art pour le musée Marmottant. Mais à chaque fois il s’ennuie rapidement, car ces activités ne laissent guère de place à sa sensibilité. Alban se rend vite compte que ces missions le vident de sa substance, il perd sa vie à force de vouloir la gagner.
Sur les conseils de son épouse, il découvre le monde de la mode. Il se rend compte que le secteur des transparences est assez libre. C’est là qu’il va d’abord exprimer son talent créatif avec des marques comme Hennessy ou Bayer.
Dès 2009, Il constate qu’en France, il y a peu de photographes culinaires par rapport au nombre de chefs. Il commence à travailler sur de la photo culinaire dans son temps libre. Son terrain de jeu sera les 600 étoilés qui parsèment le ciel gastronomique de France. Des étoiles que son talent rendra visible même en plein jour.
C’est le très trendy « Soon magazine » qui lui offre l’opportunité de se rapprocher enfin de ce pourquoi il s’est toujours préparé… La photographie culinaire. S’enchaîneront des rencontres capitales, celle avec Philippe Labbé, et le chef pâtissier, François Perret ex chef Patissier du très couru Shangri-La. Ces deux hommes lui ouvriront la lourde porte qui mène aux étoiles, celles des chefs et de l’aristocratie culinaire. Alban va pouvoir enfin taquiner du gros poisson. Ne pas trahir l’intégrité d’un plat, restituer le message d’origine. Plus que la virtuosité du chef c’est le talent auquel ces photos rendent hommage. Audacieux, le photographe ne se contente pas de shooter, il donne aussi son avis sur le dressage. Comme avec François Perret, Alban veut un dessert non pas à l’assiette mais sur une plaque d’ardoise. Cette photo a scellé leur amitié. Ici comme ailleurs tout est affaire de relations, car que les chefs préfèrent travailler avec des gens qu’ils connaissent et parce que le prix importe peu.

C’est en photographiant sa fille Paloma que lui vient la révélation. Il fera des portraits, des portraits des chefs.
Alban insiste sur la particularité des chefs Meilleurs Ouvriers de France (MOF) comme Eric frechon, Michel Roth, Laurent Delabre. Il les considère comme les meilleurs, parce qu’un macaron ça ne dure qu’un temps alors que le col bleu blanc rouge, lui c’est pour la vie.
C’est généralement dans les cuisines, lieux de tous les miracles, qu’Alban immortalise les visages de celles et ceux qui chaque jours renouvellent le miracle gastronomique. Car notre photographe le sait c’est un lieu en perpétuel changement. Suivant les heures de la journée, ce haut lieu tient successivement de la ruche, du théâtre ou de l’abbaye. La se confectionnent, s’imaginent, se mélangent les architectures gustatives les plus sophistiquées. Ici on découpe on cisèle, on concasse, on pétrit, on malaxe.
Quand les cuisines sont enfin à marée basse, que l’écume rugissante des appétits s’est enfin calmé et retiré là-bas au loin, que leur clameurs ne sont plus qu’une onde lointaine, les chefs peuvent, après la tempête d’un service, livré enfin à l’objectif d’Alban leur visage. Des visages fourbus, des lèvres bavardes et des sourires goguenards et heureux du travail réalisé.
Mais cela ne suffit pas au bonheur du photographe, encore faut il savoir déjouer les artifices d’une pose convenue et traquer fiévreusement cette précieuse seconde d’éternité ou le regard d’un Sylvestre Wahid, d’un Michel Roth ou d’un Yann Couvreur ne sont plus en représentation mais simplement la, vrai, intact, cru, offert.
Mais tels de fiers taureaux Castillans, les chefs ne livrent pas leur âme au premier venu. Leur image est un trésor bien trop précieux pour s’abandonner, pour se livrer au premier « novilliero » sans combattre. Jauger, défier l’agilité et le courage d’Alban sont souvent au programme. Oui, pénétrer leur cuisine, c’est entrer implicitement dans une arène. On ne foule pas impunément le sol de leur enclos. Ici, chaque mètre carré, chaque seconde doivent se mériter. Affronter du regard ces drôles de bestiaux parfois ombrageux qui comme dans une castille lointaine sont gonflés d’orgueil. Un orgueil puissant comme une masse musculaire agile parfois féroce qu’il faut savoir affronter, contenir, domestiquer. Face à face ardent entre deux artistes, entre deux écoles qui luttent pour le même objectif : donner au cliché.
Tranchantes de vérités comme des banderilles, Alban le matador danse, évolue, tournoie autour de l’animal. Miracle d’un combat ou la lumière touche, plante en plein cœur les chefs sans jamais les blesser. Etoffe d’un maestro qui à la fin gagne le respect de ses pairs.
Une fois apprivoisés, il peut alors en toute quiétude célébrer une amitié naissante. Là, il y fige patiemment les confidences, les ricanements et les nostalgies de ses super-héros comme il a coutume de dire. Il capture sans juger les rêves, les promesses, les nostalgies et parfois même les silences fragiles comme une faïence de Delphes de ces funambules du goût.
Des rêves, Alban en a encore plein la tête. Des rencontres d’abord avec des hommes, des femmes que ses boitiers endormis rêvent secrètement le soir venu de figer sur un rush. Pierre Gagnaire, Guy Savoy, Eric Fréchon. Des projets de livre aussi. Son objectif constitue l’ultime cuisson, l’ultime exaltation, l’ultime hommage, révérence sans laquelle le plat ne serait qu’une nourriture terrestre.

Alain Rousso
Directeur de développement
Agence Hotshop
Boulogne Billancourt

Où retrouver les photos d'Alban COUTURIER

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

David DINH

Auteur-Photographe basé à Maisons-Alfort, j’ai commencé ma carrière comme photographe de presse sportive, ce qui m’a permis de voyager dans le monde entier. Je suis également représenté en Asie, ce qui m’a permis de travailler dans le secteur de l’hôtellerie de prestige.

De nature plutôt curieuse, je n’aime pas me définir dans un domaine de photographie en particulier, je suis un touche à tout qui aime aussi bien faire du portrait, du documentaire, de la mode ou encore de l’architecture…

Pour cette exposition, j’ai fouillé dans mes archives et je voulais emmener les maisonnais à travers mes voyages.

Où retrouver les photos de David DINH

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Priscilla DORÉ

Je suis Priscilla, passionnée de photographie depuis 8 ans. A mes débuts, je me suis dirigée très rapidement dans un univers fantastique qui permet de s’évader et de créer sans limites. J’aime par-dessus tout créer une ambiance et raconter une histoire avec mes photos. Pour m’y aider, je réalise moi-même mes décors en studio afin d’avoir une immersion totale.

La photographie en extérieur reste mon premier amour dans cette passion. La nature nous offre un tableau unique par sa lumière, ses couleurs, ses décors.

Mes séances photos s’adressent à tous ceux qui ont envie de rêver et d’incarner un personnage le temps d’une journée.

Je réalise également des séances photos plus simples, pour des photos qui vous ressemblent.

Où retrouver les photos de Priscilla DORÉ

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Juliette DUCROT

Juliette Ducrot est une photographe de 29 ans qui vit à Maisons-Alfort depuis 2019 où elle y a aménagé son studio photo.

Avec des études en publicité et en communication visuelle, elle a acquis un bagage technique et créatif qui lui permet d’évoluer en tant que photographe aujourd’hui. C’est en 2014 à Londres où elle a commencé à faire des photos dans le domaine du concert.

Puis, de retour à Paris, son intérêt s’est porté sur l’être humain : créer des portraits transmettant des émotions et expressions naturelles.

À travers ses clichés, elle souhaite saisir une émotion, un instant, une tranche de vie. Elle aime le côté naturel et sans artifice de la beauté.

Très attachée au portrait extérieur, elle a composé des séries : Regards de rue (2018) sur le thème de la Street photographie en mettant en avant les graffitis de Paris axés sur l’amour, et plus récemment Paris (2021) qui met en lumière des portraits avec les pierres des monuments de la ville et Sakura Mood (2021) où les portraits sont très fleuris. Ces 2 dernières sont présentées dans cette exposition.

Où retrouver les photos de Juliette DUCROT

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet

Chemin des écoliers

Centre Socioculturel Liberté

Herlan

Studio photo créé par Herlan D’almeida
Artiste, entrepreneur
Photographe et vidéaste

Be yourself photo est un studio situé dans le quartier des Juilliottes à Maisons-Alfort. Nous vous accueillons tous les jours dans un espace chaleureux et une bonne ambiance pour vos besoins en photos et vidéos. Nos prestations se font au studio, en extérieur et à domicile. Notre clientèle inclut les particuliers (portraits de famille, grossesse, mariage, etc) et les entrepreneurs et petites entreprises (photos corporate, vidéo d’entreprise, interviews, etc.).
Lire la suite

L’un des objectifs premiers des studios Be yourself est de permettre à tout un chacun d’exprimer son individualité et son authenticité à travers l’image. Pour les professionnels, faire connaître leurs produits et services qui reflètent leurs valeurs. Pour les particuliers, leur permettre de garder des souvenirs de moments importants, forts de leur vie personnelle et familiale.

Nous avons également à cœur de développer des projets en interne qui visent le même but et c’est dans ce cadre que nous avons décidé de mettre la femme à l’honneur. Comme on le voit sur les différents clichés de l’exposition, la femme est essentielle car elle représente certaines valeurs.
L’un des projets qui a vu le jour, est la création d’ateliers de formation à destination des femmes qui veulent apprendre à poser et être à l’aise devant l’objectif. Pour certaines, elles auront l’ambition de devenir modèle photo, pour d’autres ce sera tout simplement l’occasion de se dépasser et sortir de sa zone de confort pour avoir plus confiance en soi et ainsi avoir un meilleur rapport avec leur image.

Alors n’hésitez plus, contactez-nous

L’équipe Be yourself

Où retrouver les photos de Herlan

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet

Chemin des écoliers

Centre Socioculturel Liberté

Gaïa LAMY

Faire valser les drapés, jouer avec la volupté des tissus, avec le flou naissant d’un mouvement peu figé ou celui d’une eau trouble… Tels sont les éléments avec lesquels j’aime créer, à travers cet art qui fige le temps sans pour autant l’empêcher de s’expanser.

Je tire mon inspiration des contes, mythologies et légendes qui sont des histoires puissantes et inépuisables.

Je vogue donc toujours entre une réalité romancée et un imaginaire matérialisé et palpable.

Où retrouver les photos de Gaïa LAMY

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Nancy LANDREAT

Jeune photographe et retoucheuse professionnelle de 24 ans, j’ai été diplômée d’un BTS Photographie à Paris en 2018 et je suis depuis, autoentrepreneur.

Étant cavalière, je me suis naturellement spécialisée dans la photographie équine, qui m’a permis d’allier mes deux passions.

Toujours en recherche d’originalité, je réalise très souvent des projets photos dans des lieux atypiques avec des chevaux, comme en ville (Paris, Bruxelles, Deauville, Laval…) mais également dans des châteaux (Chenonceau, Brie-Comte-Robert…). Je réalise de nombreux shootings photo pour les demandes des particuliers mais également des reportages pour des marques dans le milieu équin et je me déplace dans toute la France, Belgique et Suisse.

En parallèle, je travaille en free-lance pour une agence de retouche photo parisienne, où je retouche pour de grandes marques de prêt-à-porter comme Maje, Chanel, Lacoste, Fenty etc.

Où retrouver les photos de Nancy LANDREAT

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet

Chemin des écoliers

Centre Socioculturel Liberté

Christophe MAITRE

Quand j’ai découvert la photographie, cela a été une révélation, un moyen d’écriture. Je me souviendrai toujours de mon premier tirage noir et blanc dans un club photo. Photo – graphie signifie écriture de lumière. L’appareil photo est à la fois une fenêtre sur le monde, sur la vie mais aussi un miroir dans lequel je me révèle. La vie est mouvement et la photo fige un instant choisi. Une forme de lutte peut-être face à l’impermanence du réel, du temps qui passe.

De rencontres en rencontres, j’ai découvert le photographe Henri Cartier Bresson. Une nouvelle révélation pour moi : l’instant décisif, mais aussi ses compositions instinctives, géométriques. La forme et le fond, fruit de l’alignement parfait de l’œil, de la tête et du cœur. Son livre favori pour apprendre la photo : « Le zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc » écrit par Eugen Herrigel. La flèche ne vise que son propre esprit. La photo est le tir. D’autres rencontres seront magiques, notamment un an passé avec Georges Fèvre qui réalisait les tirages de Cartier Bresson. Ses mains étaient magiques sous la lumière de l’agrandisseur. Plus tard, un stage à l’agence de presse Magnum continuera de former mon œil. Pour moi photographier, ce n’est rien d’autre qu’être présent au monde, une forme de pleine conscience et manière d’être. C’est certainement cela qui m’a amené vers la pratique du zen et la culture japonaise.

Où retrouver les photos de Christophe MAITRE

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Square René Coty

École Condorcet

Chemin des écoliers

Centre Socioculturel Liberté

Arthur PALOS

Je m’appelle Arthur et je suis vidéaste / Télépilote de drone / photographe. Je fais de la photo depuis plus de 5 ans maintenant.

En photographie, je raconte des histoires sous forme de scènes de film. Je crée également une certaine harmonie entre le modèle et le décor qui l’entoure.

En vidéo, je raconte des histoires, des vécues et des ressentis.

Autodidacte, je fais de la photographie car j’aime ce côté un peu libre de pouvoir imaginer, créer un visuel et m’affranchir des règles théoriques.

L’art m’a toujours sensibilisé et intéressé. Il m’en a toujours fallu très peu pour être inspiré. J’avoue avoir le souci du détail, mais c’est aussi ce qui me permet d’avancer et de me perfectionner.

Où retrouver les photos d'Arthur PALOS

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Paul VILCOT

Je suis un photographe installé à Maisons Alfort depuis 1999.

Mon domaine en photo est assez large. Sport, Portraits, Architecture, animaux, Nature, mariage….

Où retrouver les photos de Paul VILCOT

Voir la carte de l’exposition >>>

MPT d’Alfort

Espace Loisirs de Charentonneau

École Condorcet
École Parmentier

Chemin des écoliers

Livre d'Or

Tout savoir des actualités
de l'Office Municipal de la Culture
de Maisons-Alfort

Ce contenu appartient à son auteur